Les Pierres du Bonheur
6 rue Massillon
63000 Clermont-Ferrand
Mobile : 06 98 92 22 89
N°TVA :

Pierres précieuses et minéraux
découvrez nos spécimens rares

GIA

Histoire de l’Académie Royale des Sciences – Année 1746

Avec les Mémoires de Mathématique & de Physique, pour la même Année.

Tirés des Registres de cette Académie.

A Paris de l’Imprimerie Royale M. DCCLI (1751).

Edition originale In-4.

Reliure pleine basane de l’époque richement décorée. Dos à 5 nerfs avec passages à la roulette, titre dans caisson sur marocain marron, tomaison dorée dans caisson avec décor floral et deux soleils. Caissons à fleurons, feuillages & oiseaux dorés aux entre nerfs.

Intèrieur en très bon état, présence d’un ex-libris.

Contient le Mémoire de Guettard « Mémoire & Carte Minéralogique sur la nature & la situation des terreins qui traversent la France & l’Angleterre. » Par M. Guettard. Les deux grandes cartes dépliantes sont bien présentes.

Mais également : « Mémoire contenant des observations de Lithologie, pour servir à l’Histoire Naturelle du Languedoc & à la théorie de la Terre. » Par M. l’Abbé De Sauvages ; « Suite de la Relation abrégée, donnée en 1744, du voyage fait au Pérou pour la mesure de la Terre » Par M. Bouguer ; « Sur les observations & la théorie des Comètes qui ont paru depuis le commencement de ce siècle… » Par M. l’Abbé De La Caille ; « Recherches sur l’Arsenic. Premier Mémoire. » Par M. Macquer. « Extrait de la relation du voyage fait en 1724, aux isles Canaries, par le P. Feuillée Minime, pour déterminer la vraie position du premier Méridien. » Par M. l’Abbé De La Caille…

« Le 19 février 1746, Jean-Etienne Guettard (1715-1786) délivre un mémoire resté célèbre à l’Académie des Sciences, qui montre la continuité des couches géologiques entre la France et l’Angleterre. Sa démonstration, considérée comme l’acte de naissance des cartes minéralogiques, représente un jalon crucial dans l’histoire de la géologie. Elle est illustrée par deux cartes de Philippe Buache : une « Carte minéralogique Sur la Nature du Terrein d’une portion de l’Europe » et une « Carte minéralogique, Où l’on voit la nature et la situation des terrains qui traversent la France et l’Angleterre ». Y sont figurées trois bandes nommées « métallique », « marneuse » et « sablonneuse », en fonction de la répartition des minéraux dans le sous-sol. Ces cartes très empiriques (qui représentent volontairement de façon floue les divisions entre les couches, utilisent des dizaines de symboles répartis de façon aléatoire et ne représentent pas les couches verticalement) sont assez rapidement dépassées. Dans notre perspective, leur principale nouveauté est l’automatisation de la géographie physique vis-à-vis des découpages politiques. Guettard cherche à étendre à l’Angleterre ses découvertes sur la France en adoptant une méthode intuitive, comme il l’explique dans le mémoire : « Une des premières idées qui me vint après tout ce travail, fut de m’assurer si l’Angleterre était semblable à ce dernier royaume, en tout ou en partie […] ; je savais que la Cornouaille était fameuse par ses mines d’étain, […] ceci me fit donc penser que la Cornouaille étant dans l’alignement de la basse Normandie, il pouvait bien se faire qu’il y eût une uniformité entre ces deux provinces, et qu’elle pourrait même se trouver dans le reste entre la France et l’Angleterre. ».

En divisant transversalement la France et l’Angleterre en trois branches unifiées par la nature des terrains, Guettard s’affranchit totalement de la logique qui voudrait que la Manche sépare les deux Etats : « Je crus donc alors qu’il convenait que je parlasse de l’Angleterre et de la France en même temps, et que la carte renfermât l’un et l’autre royaume. […] On peut donc dire que la division qui a été faite de l’Angleterre et de la France, en trois grandes bandes, est réelle, et qu’elle existe dans la nature et qu’ainsi on peut dire qu’il y a en général une uniformité dans chacune de ces bandes ».

Guettard, dans son célèbre mémoire lu à l’Académie des Sciences en 1746 (paru en 1751), introduit une innovation capitale, et personne ne lui conteste d’être le principal initiateur des cartes géologiques tant sur les plans français qu’européen. Le titre même de son travail est révélateur : « Mémoire & Carte Minéralogique sur la Nature & la situation des terreins qui traversent la France & l’Angleterre » ; non moins significatif est le début du texte : « Si rien ne peut contribuer davantage à nous procurer une théorie physique & générale de la Terre, que des observations multipliées & faites sur les différens terreins, & les fossiles qu’ils renferment rien ne peut aussi faire plus sentir cette utilité, que de rapprocher & de présenter sous un coup d’œil ces différentes observations par des Cartes Minéralogiques. J’ai voyagé en vue de m’instruire sur le premier point & suivant l’air de l’Académie, qui, lorsque j’eus l’honneur de lui rendre compte d’une partie de mon travail, parut souhaiter d’en voir une Carte, je n’ai rien eu de plus à cœur que de remplir ses intentions ; cette Carte sera l’abrégé de tout l’ouvrage que je me propre de donner sur ce que j’ai observé dans mes voyages. ».

Le rédacteur de l’Histoire de l’Académie Royale des Sciences, en rendant compte en abrégé du mémoire de Guettard, ne s’y trompe pas : il estime que c’est « l’essai d’une nouvelle science minéralogique ». Le projet est en effet ici de décrire la répartition géographique de tous les constituants du sous-sol, à la fois « les différens terreins » et « les fossiles qu’ils renferment » (c'est-à-dire les substances et objets particuliers, organismes pétrifiés compris). La carte aura pour but de décrire graphiquement « la nature et la situtaton des terreins », à l’échelle de la France et de l’Angleterre. Il s’agit bien cette fois d’une vraie géographie géologique, empirique comme il se doit, puisque fondée sur le regroupement entièrement nouveau et novateur, de données acquises et d’observations inédites multiples.

Guettard explique comment, pour désigner les différents « fossiles », il a dû recourir (outre les « caractères utilisés par Marsigli), à des « caractères » de son invention : et ceux-ci, notons le, sont essentiellement ceux qui désignent des roches banales (glaise, gravier, grès, granite, marne, schiste, « pierre blanche » (calcaire), etc.). On sait que le mémoire est accompagné de deux cartes, l’une à plus grande échelle (du Limousin jusqu’à l’Angleterre médiane), l’autre, plus générale, allant de la Méditerranée à l’Islande. La première comporte 36 « caractères » différents, la seconde 51. L’auteur précise que ses propres observations n’ont concerné que des itinéraires trop bornés à son gré. Pour tout le reste, il a eu recours à diverses sources. On est fort étonné que nulle mention ne soit faire des enquêtes antérieures de Réaumur.

Il importe de souligner un autre aspect capital de ces deux premières cartes de Guettard. Dans ses voyages, il dit avoir été frappé par la répartition régionale très différente des pierres et minéraux, dont la distribution obéit à « une certaine régularité » à une « espèce d’uniformité » ; souvent il a pu ainsi prévoir à l’avance ce qu’il allait trouver. En s’appuyant ensuite sur ses lectures et autres sources, il lui devint claire que l’ensemble des territoires considérés se subdivisait de lui-même en trois « bandes », caractérisées chacune par les substances qui s’y rencontrent en majorité, parfois en exclusivité. Il les nomme bandes « sablonneuse », « marneuse » et « métallique » ou « shisteuse », chacune étant la zone où le « fossile » en question (sable, marne, schiste) se rencontre en plus grande quantité. Ce n’est pas sans quelque enthousiasme contenu que Guettard nous fait par de la découverte de cette « régularité », et de l’extension quasi-symétrique en Angleterre méridionale des bandes reconnues en France centrale et du Nord. Il constate également que sans exception, les métaux (autres que le fer), les eaux thermales, etc. sont localisés dans la « bande shisteuse ».

Durant les années suivantes, Guettard croit pouvoir désormais généraliser à tous les autres pays le système des bandes (par pure compilation bibliographique le plus souvent) ; il donne ainsi en 1751 (paru 1755) une Carte de l’Egypte et de la Palestine ; en 1752 (paru 1756), une Carte de la Suisse et une du Canada. Toutefois on constate qu’il s’est installé dans ses façons de faire et s’y enlise en quelque sorte, après l’élan créateur initial. En 1762 (paru 1764), sur la base de son voyage personnel, il divise le territoire d’alors de la Pologne en quatre bandes : sablonneuse, marneuse, saline et schisteuse ou métallique ; la carte accompagnant le mémoire ne figure que la première et la troisième, et ne comporte aucun symbole ponctuel.

Durant sa vie, Guettard paraît avoir à plusieurs reprises publié une Carte Minéralogique de la France ; celle de 1784 (sortie deux ans avant sa mort) en reste toujours au partage de la France en « 3 Terrains principaux, Scavoir, le Métallique, le Marneux et le Sablonneux », auxquels « on n’a pas prétendu assigner des bornes exactes. Ce ne sont que des masses générales, qui souffrirons beaucoup d’exceptions dans les détails ». Certes, les contours de la « bande métallique » se sont améliorés et dessinent assez exactement nos ensembles de terrains anciens (Massif Armoricain, Massif Central, Vosges-Ardennes, Zone Interne Alpine, Maures-Estérel). Un « Atterrissement moderne de la Mer » est figuré en Gascogne. Mais tout le reste est indivis (sauf la distinction de la « bande sablonneuse » allant de la Sologne au Pays de Caux, pratiquement inchangée depuis 1746). La variété des symboles dispersés de façon lâche s’est beaucoup accrue à nos yeux bien inutilement : on en compte 210, beaucoup plus orientés vers les particularités (voire curiosités) locales que vers un effort de distinction de roches-types. »  

Les premières cartes géologiques en France : projets et réalisations. François Ellenberger.

Vous êtes intéressé par ce produit ? Laissez-nous vos coordonnées pour être recontacté par nos services.

Nom *

Prénom *

Société *

Code postal *

E-mail *

Téléphone *

* Veuillez remplir tous les champs obligatoires

Pas d'infos supplémentaires
Article(s) similaire(s)

Vous pourriez également être intéressé par les produits suivants :

Top