Les Pierres du Bonheur
6 rue Massillon
63000 Clermont-Ferrand
Mobile : 06 98 92 22 89
N°TVA :

Pierres précieuses et minéraux
découvrez nos spécimens rares

GIA

A Paris Chez Villier, Libraire, rue des Mathurins, n°396

 

In-8  Pleine basane, richement décoré de l’époque. Pièce de titre rouge, caissons à décors floraux, filets dorés en place de nerfs. Restauration de belle qualité réalisée à la coiffe supérieure, à l’angle des pages et une partie de la couvrure de l’ouvrage.

 

Abraham Gottlob Werner (1749 ou 1750 – 1817), était un minéralogiste et un géologue allemand.

Ce minéralogiste d’origine saxonne, mais prussien d’adoption pendant son adolescence, établir les fondements de la géognosie puis défend une théorie sur la stratification de la formation de la Terre, en particulier de la croûte terrestre, connue sous le nom de neptunisme ; cette théorie essentialiste s’accordant plus tard avec le catastrophisme universitaire et/ou religieux est basée sur la généralisation d’observations et de conceptions minières connues sur les dépôts en veines hydrothermales, où l’eau est cause de néoformation et de mobilité minérale dans l’esprit des anciens mineurs. Mais ces généralisations autant philosophiques que scientifiquement hasardeuses, objets de tant de louanges de la communauté scientifique universitaire dite neptuniste, furent de plus en plus controversées par les plutonistes avant de devenir complètement obsolètes par une meilleure connaissance des roches en fusion et des sites hydorthermaux.

Werner était certainement un des minéralogistes les plus brillants de sa génération et l’homme le plus influent en Histoire Naturelle lors de la première partie de la Révolution Industrielle. Ses aptitudes extraordinaires de conférencier attirèrent des étudiants de toute l’Europe, qui retournaient ensuite dans leurs pays d’origine et appliquaient ses enseignements et concepts.

Il  est évidemment à nos yeux un piètre géologue, mais son autorité sur la géologie naissante, discipline encore fragile et constamment bafouée depuis son essor lointain avec Sténon, était incontestable. Seuls les chercheurs anglo-saxons osaient le contester avec raison.

 

« Je ne pouvais saisir une occasion plus favorable pour publier la seconde édition de la Théorie des Filons, que celle où le Minéralogiste du Nord se trouvait à Paris, ainsi que le Traducteur, son Disciple et son Elève.

J’ai tiré parti de cette heureuse circonstance, en le déterminant à revoir la première édition, à en faire disparaitre toutes les fautes de typographie qui existaient, à donner, conjointement avec l’Auteur, plus de développemens à certains faits, par des notes particulières, à supprimer une grande partie de ces répétitions, qui, sans donner plus de clarté au texte, ne font qu’en rendre la lecture désagréable.

En un mot tout s’est prêté à donner à cette édition toute la perfection dont elle était susceptible : heureux si les personnes qui aiment et qui étudient par goût la Minéralogie, trouvent que nous ayons rempli leurs désirs ! »

Avis de l’éditeur sur cette seconde édition

 

« L’ouvrage dont je donne ici la traduction, n’est point de ces productions éphémères, jeux de l’imagination d’un spéculateur oisif ; c’est le résultat de plus de trente ans d’observations assidues, faites par une personne vouée par goût comme par état à ce genre de travail.

Professeur de minéralogie, conseiller des mines, dans un des pays de l’Europe les plus fertiles en minéraux divers, les occasions et les moyens de voir la Nature dans ses propres ateliers n’ont pas manqué à Werner. Plus de deux cents exploitations différentes sont répandues autour de Freyberg ; c’est là qu’il a lu sa Théorie des Filons ; elle y était écrite en caractères qu’il était impossible de méconnaitre.

Je ne parlerai point des talens particuliers, des heureuses dispositions que l’auteur peut avoir reçus de la Nature : qu’il me suffise de dire qu’à peine sorti de l’enfance, il créa en quelque sorte cette branche de la minéralogie qu’il a appelée Orictognosie ; que ses méthodes minéralogiques sont généralement adoptées dans presque toute l’Europe ; que des étrangers de presque toutes les nations européennes viennent à Freyberg en partie pour y profiter de ses leçons.

Les filons, par les particularités de leur structure, par les phénomènes qu’ils présentent, peuvent nous fournir des données pour la recherche de la structure du globe terrestre, structure dont la connaissance est le but qu’on se propose dans la géognosie. Aussi ont-ils fixé l’attention de tous les géognostes : Werner s’en est spécialement occupé ; il a étudié cette matière à fond, et l’on peut dire qu’il l’a fait avec le plus grand succès. Dans l’ouvrage qu’il a publié sur la formation des filons, la partie historique, l’exposition de sa théorie, les nombreuses observations sur lesquelles elle est fondée, et qui l’ont en quelque sorte tirée de la classe des théories pour la mettre dans celle des faits, l’utilité qu’on en peut retirer, tous ces objets sont traités en détail, et de la manière la plus satisfaisante. De plus Werner, qui écrit très peu, a rédigé lui-même cet ouvrage.

[…]

On ne peut mieux faire l’éloge de la nouvelle théorie des filons qu’en parlant du cas qu’en fesait l’illustre Minéralogiste des Alpes. Dans cet agenda ; où il indique au Géologue les objets de ses recherches ; lorsqu’il est parvenu au chapitre XVIIIème consacré aux filons, il croit ne pouvoir rien faire de mieux que d’analyser la théorie Wernérienne, et d’engager l’observateur à diriger son attention sur les divers points de cette théorie.

Si jamais suffrage devait flatter Werner ce serait certainement celui du savant Génevois : Il croyait avoir fait un grand pas dans la Minéralogie depuis qu’il avait eu connaissance de la méthode de Werner ; il faut disait il, se hâter le plus possible de rendre universelle la langue minéralogique du célèbre Werner : ce sont ses propres expressions (avertissement placé à la tête du 3ème volume In-4 des Voyages sur les Alpes).

[…]

Le traité dont nous donnons la traduction, est intitulé, Théorie de la formation des filons : expliquons l’acceptation dans la quelle on doit prendre ici le mot théorie. Il indique souvent une simple hypothèse dont on cherche la confirmation dans les phénomènes de la nature : Ici au contraire, il désigne le résultat, la conséquence que Werner a tirée de certains faits qu’il a vu être les mêmes partout. Voici la marche qu’il a suivie dans l’établissement de cette théorie.

Il est descendu dans les entrailles de la terre, et il y a vu que la matière des filons était absolument différente de celle de la roche adjacente ; que cette matière présentait partout des cristallisations : or toute cristallisation supposant une dissolution préalable, il en a conclu que des dissolutions avaient autrefois pénétré dans l’espace où nous voyons aujourd’hui les filons. Il a vu que ces espaces étaient les fentes ou vides qui pouvaient et devaient même s’être formés dans les roches, pendant qu’elles étaient encore recouvertes de ces dissolutions. Il a vu que les substances minérales, qui s’en sont précipitées, ont rempli ces fentes et en ont fait des filons. […] De sorte que chacun des principes de sa théorie des filons n’est qu’une conséquence naturelle et nécessaire des faits qu’il a observés.

[…] »

Préface du traducteur

 

Table des Matières :

1) Notions préliminaires.

2) Définition des filons.

3) Différence entre les filons et les autres gîtes de minerais.

4) Des Stockwerke.

5) Termes nouveaux.

6) Premières idées principalement de Diodore de Sicile et de Pline sur les filons.

7) Idées d’Agricola.

8) Idées de Utman d’Elterlein, Meier, Löhneis.

9) Opinion de Rösler.

10) Opinion de Becher.

11) Opinion de Stahl.

12) Opinion de Henkel.

13) Opinion de Hofman.

14) Opinion de Zimmerman.

15) Notions sur les filons tirées de la Géométrie souterraine de Mr. d’Oppel, autrefois chef du conseil des mines de la Saxe.

16) Opinion de Lehman.

17) Ce que dit Wallerius au sujet des filons…

18) Idée de Bergman sur les filons.

19) Notions sur les filons, extraites du Beriont vom Bergbau de Mr. d’Oppel.

20) Opinion de Delius.

21) Théorie de Charpentier.

22) Opinion de Baumer.

23) Le conseiller privé des finances Mr. Gerhard…

24) Le Vice Directeur des Mines Mr. de Trébra dans ses Observations sur l’intérieur des Montagnes…

25) Lasius.

26) En finissant l’histoire de la Théorie des filons…

27) Après avoir montré dans ce chapitre…

28) Origine des filons.

29) Origine des fentes.

30) Origine de la matière des filons.

31) Caractères distinctifs de l’âge des filons.

32) Caractères des diverses formations des filons.

33) Causes de la richesse et de l’annoblissement des filons.

34) De la fréquence des filons dans certaines contrées.

35) Diversité des formations de filons dans un même pays.

36) Manière dont se trouvent les matières des diverses formations.

37) Toutes les propositions que…

38) En définissant les filons des fentes…

39) Première preuve.

40) Seconde preuve.

41) Troisième preuve.

42) Quatrième preuve.

43) Cinquième preuve.

44) Sixième preuve.

45) Fragments de roche dans les filons.

46) Fragments de la masse du filon, dans le filon même.

47) Pétrifications dans les filons.

48) Sel gemme et charbon de pierre, dans les filons…

49) Matières qui constituent, les masses de montagnes, dans des filons.

50) Manière d’être des filons les uns à l’égard des autres dans leurs intersections.

51) Couches et strates des montagnes dérangées par des filons.

52) Structure des filons.

53) Des changements qu’ont éprouvés diverses fentes.

54) Formation des fentes collatérales.

55) Formation de nouveaux filons le long des anciens.

56) Causes de la variation dans la largeur des filons.

57) Détermination de la force qui a produit les fentes.

58) De l’adhérence de certains filons à la roche contigüe.

59) Des fentes qui traversent les filons.

60) De la grande puissance de certains filons.

61) Réponse à une objection faite contre la préexistence des fentes.

62) Je passe maintenant à l’exposition des preuves…

63) Première preuve.

64) Identité de la matière des filons et des couches (des roches).

65) Suite.

66) Seconde preuve.

67) Troisième preuve.

68) De l’origine des substances, qui, sous la forme de précipités, ont formé les filons. Récapitulation de nos connaissances sur les filons.

69) Réfutation de l’objection tirée du nombre des minéraux qui composent certains filons.

70) Réfutation de l’objection tirée des débris et fragments de la roche, qui se trouvent dans les filons.

71) De l’altération de la roche dans le voisinage des filons.

72) De minerai et des parties métalliques que l’on trouve dans la roche.

73) Des filons de Derbishire.

74) De l’Analogie entre la substance des filons et celle des couches de minerais.

75) De l’âge des filons relativement à celui des roches.

76) De l’âge relatif des fossiles entre eux.

77) De l’âge relatif de quelques minéraux, principalement de celui de diverses formations de galène.

78) De quelques fossiles, que l’on trouve souvent ensemble.

79) Des fossiles qui ne se trouvent que dans certaines espèces de roches.

80) De quelques formations particulières subordonnées à des formations principales.

81) Des altérations que peut avoir éprouvé la masse des filons.

82) Classification des anciennes théories.

83) Réfutation de la première théorie.

84) Réfutation de la Théorie de Lehman.

85) Réfutation de la troisième théorie.

86) Réfutation de l’hypothèse, la masse des filons a été formée par les eaux du déluge universel.

87) Réfutation de l’opinion de ceux, qui attribuent à des exhalaisons souterraines la formation des minerais.

88) Objections et considérations sur les matrices des métaux.

89) Des fermentations dans l’intérieur des montagnes.

90) Réfutation de l’hypothèse, dans laquelle on regarde la masse des filons, comme ayant été déposée par des eaux, qui s’en étaient chargées en traversant la roche.

91) Réfutation de la Théorie de la transmutation.

92) Nombreux avantages de la nouvelle Théorie.

93) Le premier avantage important que cette théorie procure au mineur, c’est…

94) Distinction des divers gîtes de minerais.

95) Quels sont les filons qu’il convient d’exploiter ?

96) De la recherche des masses de minerai (Erzpunkte).

97) Rapport des filons entre eux.

98) Identité des filons.

99) Existence des filons dans certaines espèces de roches.

100) Huitièmement : elle fournit une méthode et…

101) Quels sont ceux, qui peuvent retirer les plus grands avantages de la nouvelle théorie.

102) Plan et description géognostique d’un district des mines.

103) Manière de faire le plan géognostique.

104) Subdivision des deux plans.

105) Description géognostique du district.

106) Description générale et particulière des gîtes.

107) Titres à donner à ces descriptions.

108) Voici je crois l’ordre dans lequel il convient de ranger ces descriptions particulières…

109) Manière de faire la description d’un filon.

110) Comment il faudra rassembler les matériaux, propres à former l’état des gites de minerai.

111) Collection géographique des minéraux d’un district.

112) Une pareille collection, le plan et la description du district formeront un tout complet et extrêmement instructif…

113) Je terminerai ce traité par une petite application de ma théorie au district des mines de Freyberg…

114) Bornes du district de Freyberg.

115) Huit dépôts principaux de filons.

116) Description du premier dépôt, dépôt de galène.

117) Second dépôt, dépôt d’argent et de plomb.

118) Troisième dépôt, dépôt de galène et de pyrite sulfureuse.

119) Quatrième dépôt, dépôt de galène.

120) Suite.

121) Cinquième dépôt, dépôt d’argent natif et de galène de cobalt.

122) Sixième dépôt, dépôt d’arsenic natif et d’argent rouge.

123) Septième dépôt, dépôt de mine de fer rouge.

124) Huitième dépôt, dépôt de cuivre.

125) Autres formations dans le district de Freyberg.

126) Tel est résumé des connaissances principales que je me suis procuré jusqu’ici sur le district de Freyberg…

127) Encore quelques nouvelles formations de minerais.

128) Gite singulier appelé Buzen-Wakke à Joachimsthal.

129) De quelques vallons étroits, regardés comme des fentes.

130) Druse d’Andreasberg.

131) Pétrifications trouvées en Hongrie par Mr. Fichtel.

132) Je recommande aux Minéralogistes qui voudraient…

Vous êtes intéressé par ce produit ? Laissez-nous vos coordonnées pour être recontacté par nos services.

Nom *

Prénom *

Société *

Code postal *

E-mail *

Téléphone *

* Veuillez remplir tous les champs obligatoires

Pas d'infos supplémentaires
Article(s) similaire(s)

Vous pourriez également être intéressé par les produits suivants :

Top