Les Pierres du Bonheur
6 rue Massillon
63000 Clermont-Ferrand
Mobile : 06 98 92 22 89
N°TVA :

Pierres précieuses et minéraux
découvrez nos spécimens rares

GIA

Reliure demi-toile de l'époque. Mors supérieurs & inférieurs arrasés; coins & chasses frottés. Bon état intérieur.

3 volumes de texte In-8, Carilian-Goeury et V. Dalmont 1844-1847
[4]; VIII; 669p.; 7 planches
[4]; 685p.
[4]; 823p.
1 volume d'atlas In-8 de XVI; 224 planches.
Demi-percaline bleue. Quelques usures d'usages dans les coins de la reliure sinon très bon état.
Première édition, rare, de cet important ouvrage. Le premier volume contient 5 planches dépliantes figurant les instruments utilisés en minéralogie et 2 planches représentant les propriétés optiques des cristaux et la polarisation lamellaire. Atlas de 224 planches imprimées recto-verso, représentant environ 1 400 structures de cristaux. Bon exemplaire.

"L'étude des corps inorganiques repose sur le double caractère de la forme géométrique, propre à la plupart des minéraux, et sur la composition chimique qui établit leur nature: il faut donc, autant que possible, faire concorder ces deux considérations à la détermination des espèces minérales, car elles se complètent l'une l'autre, et se prêtent un mutuel appui. Mais il est rare qu'une même personne cultive avec un égal intérêt cces deux branches des sciences, et dans presque toutes les méthodes de minéralogie publiées jusqu'à ce jour, un des deux principes que nous venons de signaler a dominé l'autre, et quelquefois même l'a presque entièrement effacé.
Werner, qui a donné la première classification rationnelle des minéraux, avait mis en rapport, avec une grande sagacité, leurs caractères extérieurs et leur composition élémentaire. Déjà même le savant professeur de Freyberg avait su apprécier dans sa méthode, qui pendant quarante ans a régné dans toutes les universités de l'Allemagne, l'importance des formes cristallines des minéraux; mais l'étude de ces formes était alors trop imparfaite pour qu'elle pût servir de base à une distribution méthodique des corps inorganiques.
Les découvertes de Hauy, en donnant à la cristallographie une précision mathématique, ont produit une véritable révolution dans la minéralogie. La forme cristalline est devenue pour lui le caractère spécifique essentiel, et la juste autorité que cet homme célèbre a exercée sur la science a fait pencher, pendant de longues années, la balance vers la cristallographie. Il est résulté de cet état de choses, que les minéralogistes de l'école de Hauy ne portaient presque aucune attention sur les minéraux amorphes, compactes ou terreux, qui, cependant, forment la masse la plus importante des produits du règne inorganique; souvent même ils ignoraient des rapprochements que l'analyse pouvait seule dévoiler.
Cet oubli a été suivi d'une réaction violente, et aussitôt que Hauy eut terminé sa belle et longue carrière, la chimie n'a pas tardé à envahir la minéralogie, et à la réclamer comme un de ses apanages. L'un des chimistes les plus illustres de notre siècle, M. Berzelius, dont le nom est marqué par de si importantes découvertes, et qui le premier a fait connaitre la véritable composition des minéraux, a exprimé cette opinion d'une manière très nette dans le Nouveau système de Minéralogie, qu'il a publié en 1819 [...]
M. Beudant, dans son excellent Traité de minéralogie, ne me parait pas avoir évité complétement cet écueil. Peut être n'a t'il pas donné assez d'importance aux caractères cristallographiques particuliers à chaque espèce, ainsi qu'à leurs caractères extérieurs, si utiles cependant dans la pratique. On doit toutefois remarquer que, la première édition du Traité de M. Beudant ayant été publiée seulement deux ans après la seconde édition de celui de Hauy, l'auteur a du naturellement faire ressortir les caractères qui avaient été décrits plus légèrement par Hauy, afin que la réunion de ces deux grands ouvrages offrit les éléments d'une étude complète de la minéralogie. Mais la méthode chimique de M. Beudant a donné aux essais une supériorité trop prononcée sur les caractères extérieurs, et la minéralogie a dès lors perdu le cachet de science naturelle qui lui est propre, et que les esprits saisissent avec plus de facilité.
Ma longue pratique de professeur m'a en effet convaincu que la plupart des personnes qui se livrent à l'étude des sciences naturelles se rendent difficilement compte du résultat des essais, tandis que les caractères généraux les impressionent davantage, et qu'il se classent mieux dans leur mémoire. Je pense donc qu'il faut donner à la chimie la plus grande part dans la classification oryctognostique, puisque c'est la composition seule qui fait connaitre la nature des échantillons compactes ou terreux; mais qu'il faut, pour la reconnaissance des minéraux, employer, autant que possible, les caractères extérieurs, et n'avoir recours aux essais que lorsque ces caractères sont impuissants. En effet, dans les voyages géologiques et minéralogiques, le temps manque, le plus ordinairement, pour faire les essais même les plus faciles, et le géologue, comme le mineur, doit s'habituer à déterminer les minéraux par leur simple faciès.
C'est dans cet esprit que j'ai entrepris de rédiger ce Traité de Minéralogie: j'ai, en conséquence, distingué, dans la description de chaque espèce, les variétés cristallisées des variétés compactes et terreuses, et après avoir donné les caractères généraux qui les relient ensemble, et qui, par conséquent constituent l'espèce, j'ai indiqué brièvement les caractères particuliers de chacune de ces variétés. Le traité de minéralogie de M. Brongniart, si remarquable par la méthode qui a présidé à sa rédaction, m'a servi de modèle pour cette description.
[...]"
Début de la préface de l'auteur.

Vous êtes intéressé par ce produit ? Laissez-nous vos coordonnées pour être recontacté par nos services.

Nom *

Prénom *

Société *

Code postal *

E-mail *

Téléphone *

* Veuillez remplir tous les champs obligatoires

Pas d'infos supplémentaires
Article(s) similaire(s)

Vous pourriez également être intéressé par les produits suivants :

Top