Les Pierres du Bonheur
6 rue Massillon
63000 Clermont-Ferrand
Mobile : 06 98 92 22 89
N°TVA :

Pierres précieuses et minéraux
découvrez nos spécimens rares

GIA

Edition de 1802 réutilisée début XIXème par l’imprimeur papetier Auguste Veysset (~1820-1830) à Clermont-Ferrand qui y a collé sa propre 1ere de couverture par-dessus l’ancienne ainsi que sa propre dernière de couverture (surement à la suite du rachat du fond). Il en a également profité pour insérer une page de publicité en fin d’ouvrage.

Reliure demi-vélin moderne avec utilisation de vélin ancien et conservation du brochage d’origine.

In-8

 

Exemplaire non rogné, quelques rousseurs et traces de mouillures sur quelques bords sinon intérieur très propre.

 

Ce célèbre politicien et scientifique Auvergnat, mis en place une nouvelle théorie de volcanologie, révolutionnaire pour l’époque. Comme Desmarest, Montlosier remarque que les volcans d’Auvergne sont de différentes périodes géologiques. Les plus récents ont typiquement conservés leurs formes coniques, et leurs cratères indemnes. Tandis que les plus anciens situés à des altitudes plus élevées, ne possèdent plus ses caractéristiques.

 

François Dominique de Reynaud, comte de Montlosier (1755 – 1838) : naturaliste, mathématicien, minéralogiste et homme politique français. En histoire naturelle il est surtout connu pour son « Etude sur les volcans d’Auvergne » dont la 1ère édition date de 1789. Mais également pour la prospection de l’or dans le Languedoc.

 

« Dès ma première jeunesse je me suis occupé de l’histoire naturelle de ma province, non pas comme les autres, pour l’écrire, mais pour la savoir.

[…]

Parmi toutes les provinces qui ont fait l’objet des recherches et de la curiosité des savans, l’Auvergne n’était pas faite pour être oubliée ; cependant tout ce qui avait été publié jusqu’à présent sur son histoire se réduisait à quelques mémoires épars çà et là, et peu lus. M. Legrand d’Aussi, homme avantageusement connu dans la république des lettres par des ouvrages estimables, est venu, et lui a donné enfin à cet égard toute la célébrité qu’elle méritait, et que sa plume d’ailleurs était bien faite pour lui attirer.

[…]

… un plus grand embarras sera de le réconcilier quelquefois avec le naturaliste. Il s’en faut bien que j’aie relevé toutes les inexactitudes d’histoire naturelle qui lui sont échappées. D’abord, plusieurs n’étaient pas de mon sujet ; et parmi celles qui pouvaient en être, j’ai omis exprès toutes celles qui n’y avaient pas un trait direct. J’aurais pu, par exemple, observer que le prétendu cratère du petit Puy-Dulin, près Pérignac, était une excavation, faite par la main des hommes, et non pas un cratère ; que le lac de Chambon ne devait pas son origine à un éboulement, mais à l’éruption même d’un volcan, qui s’est faite sur le lit du ruisseau qui passe à Murol, et qui dès-lors en a intercepté le cours. J’aurais pu citer de même une infinité de petits faits de cette espèce, que cet auteur a décidément mal vus ou mal décrits ; mais un amas semblable, et presqu’affecté, de fautes et de critiques, aurait pu donner sur son ouvrage et sur l’opinion que j’en ai, une idée aussi fausse qu’injuste, et que je désavouerais. On y trouve mille choses excellentes, et je le dis avec plaisir et même avec reconnaissance, il a servi souvent à mon instruction. Son aperçu sur les bitumes, ainsi que sur une quantité d’autres faits minéralogiques, m’a paru de la plus grande lumière, comme de la plus grande justesse. Tout son tort est donc peut-être d’avoir vu trop rapidement, et de n’avoir pas assez vu. […]

Je viens de parler des fautes du célèbre voyageur d’Auvergne, j’aurais du commencer par les miennes. J’ai restreint mon travail à l’histoire naturelle des volcans ; j’aurais du peut être le restreindre d’avantage. Pour m’excuser autant qu’il était en moi, je ne l’ai annoncé du moins que comme un essai, et j’aurais voulu l’annoncer pour moins encore, si j’avais pu. A parcourir et à visiter sur les lieux, rien n’est plus intéressant que les détails d’histoire naturelle ; mais à lire, mais à décrire, cela est bien différent. […]

Au surplus, mon intention n’a été que de donner des idées générales. C’est l’essence de mes observations que je présente ici au public, plutôt que mes observations mêmes ; et je ne suis entré dans des détails, que lorsqu’ils m’ont paru absolument nécessaires pour appuyer de grands résultats. J’ai pensé de cette manière que mon ouvrage pourrait être utile aux étrangers qui arrivent tout à coup dans cette province, sans la moindre notion des phénomènes qui vont se trouver sous leurs yeux. Du reste je suis bien loin d’avoir épuisé mon sujet, je le sais ; mais j’ai du moins cueilli çà et là quelques épis ; d’autres viendront après moi, en cueilleront encore, et de cette manière tout le champ sera moissonné.

[…] »

Préface de l’ouvrage.

Vous êtes intéressé par ce produit ? Laissez-nous vos coordonnées pour être recontacté par nos services.

Nom *

Prénom *

Société *

Code postal *

E-mail *

Téléphone *

* Veuillez remplir tous les champs obligatoires

Pas d'infos supplémentaires
Article(s) similaire(s)

Vous pourriez également être intéressé par les produits suivants :

Top